T'as envie de me laisser un pourboire parce que t'aimes bien ce que je fais ?
Ben tu cliques ici.
Le harcèlement scolaire - Chapitre 5 sur 5
Les adultes face au harcèlement

Fais le plein de sang-froid, remballe ta colère. Apprends à reconnaître les signes de harcèlement de ton enfant. Prends la mesure de l'arène dans laquelle tu rencontreras les parents des harceleurs, transformés en avocats zélés, persuadés de la blancheur immaculée de leur progéniture. Tu te battras avec ou contre le personnel de l'école devenu sourd aux jérémiades qui les saturent à flux continu.

Le texte

00:16 • Naïveté des adultes

01:32 • Le balai de chiottes dans le cul

01:52 • Les adultes face au scandale

02:36 • Crainte des (ré)actions des adultes

03:07 • Se plaindre = être chiant

03:34 • Sophisme du juste milieu

04:18 • Croisade psychologique contre les harceleurs

04:44 • Déni des responsabilités

05:44 • Réactions impulsives des parents

06:35 • Signes extérieurs de harcèlements

08:22 • Guerre psychologique

09:19 • Guerre politique ou jeu de réflexion ?

11:07 • Les anciens harcelés

 

Cette vidéo est le 5ème et dernier épisode. Si tu n'as pas vu les quatre premières vidéos de cette série sur le harcèlement scolaire, je te conseille de les visionner avant de regarder celle-ci.

Cette vidéo est la dernière partie d’un total de 5. Si t'as pas vu les quatre premiers épisodes de cette série sur le harcèlement scolaire, je te conseille de les visionner avant de regarder cette vidéo-ci.

Naïveté des adultes

Pour éradiquer ce fléau, pourquoi on met pas simplement un écriteau “Harcèlement interdit” à l’entrée des écoles ? Ca réglerait le problème, non ?

Ben oui ! Pour dissuader les ados de fumer, il suffit de mettre les paquets de clopes hors de portée. Et pour pas qu'ils aillent sur des sites pornos, y’a qu’à leur demander leur âge, n'est-ce pas ?

Tu es un peu naïf, monsieur l’adulte ! Tu oublies que tu as été jeune, un jour.

Un enfant, c’est pas le modèle réduit d’un adulte sage et responsable à tu peux réciter un sermon tel que :

“Si des camarades t’ennuient, sois plus intelligent qu’eux, ne leur réponds pas, et tu dois immédiatement en parler à tes profs ou à tes parents”.

Comme c’est facile de demander à des ados une sagesse que tu n’as sans doute même pas toi-même.

L’enceinte d’une école n’est pas une couveuse, monsieur l’adulte, ni même une micro-société idéale dans laquelle cohabitent joyeusement l’ordre, l’apprentissage et le bonheur insouciant de nos chers petits anges.

Noooon. C’est une jungle truffée de prédateurs dans laquelle chacun forge ses propres armes, pour survivre à l’adolescence, cette période obligatoire ponctuée de cris et de déchirements.

Le balai de chiottes dans le cul

Monsieur l’adulte, imagine un gamin qui se fait coincer dans les toilettes du collège par plusieurs connards qui lui mettent vraiment un balai de chiottes dans le cul “pour lui apprendre à être pédé”, comme ils disent. Tu le vois vraiment courir vers ses parents avec les bras écartés comme ça: “Papa, maman, vous devinerez jamais ce qui m’est arrivé aujourd’hui !”

Les adultes face au scandale

Tu ne comprends peut-être pas la honte, monsieur l’adulte. Pourtant, des secrets de famille que t’oseras jamais dire à personne pour éviter le scandale, je suis certain qu’ils te viennent à l’esprit, te concernant peut-être très intimement et qui pourraient même intéresser la justice.

Mais t’as pas envie d’y faire appel, à la justice. Parce que tu te doutes à quel point ça va foutre la merde, n’est-ce pas ?

On répète sans cesse aux enfants qu’il doivent informer les adultes en cas de problème. Mais ils ne le font pas ! … Par honte ou par peur. Et aussi parce qu’ils redoutent farouchement de faire de la peine à leurs parents.

Du coup, ils peuvent ressentir un intense sentiment de lâcheté, comme s’ils avaient besoin de ça.

Crainte des (ré)actions des adultes

Les enfants ont une peur bleue des réactions des “grandes personnes”… Imagine que les impôts te menacent de poursuites si tu paies pas. Ils te harcèlent au point de t'imposer un contrôle fiscal. Tu vas faire quoi ? Tu vas porter plainte à la police pour y échapper ? Noooon ! … parce que tu te doutes bien que ça va pas régler ton problème, mais l’aggraver !

Eh ben dans le cadre scolaire c’est le même principe : les victimes craignent les représailles qui vont les plonger dans une situation pire qu’avant.

Se plaindre = être chiant

Moi, si j’étais un élève harcelé, mais je fermerais ma gueule, parce que je vois bien que ceux qui râlent ne sont pas considérés comme des victimes à sauver d’urgence, mais comme des morveux chiants qui perturbent les cours.

Et comme les responsables pédagogiques ont l’habitude de se faire rouler dans la farine, ils pourraient même croire que je suis l’agresseur qui se fait passer pour la victime.

Non merci, sans façon, je préfère me démerder tout seul que de passer pour un gros mytho.

Sophisme du juste milieu

Les adultes appelés à arbitrer les conflits des jeunes sont victimes d’un biais cognitif qui s’appelle “Le sophisme du juste milieu”

C’est à dire qu'on a tendance à attribuer à chacun le même pourcentage de torts.

Imagine un prof qui écrit au tableau, et qui se prend une boulette de papier dans le dos. Pour lui, toute la classe est coupable si personne ne se dénonce.

Alors oui, monsieur le professeur, tu peux punir tout le monde pour te venger de l’acte d’un élève, comme un dictateur qui bombarde des civils pour tuer quelques militaires.

Mais, du haut de ta grande pédagogie, penses-tu vraiment que c'est ça, la justice ou l'éducation ?

Croisade psychologique contre les harceleurs

Madame la maman, ou monsieur le papa, tu vas devoir la jouer finaud, comme si tu négociais avec des terroristes, ces harceleurs qui ont pris ton fils en otage dans sa propre école, cet étrange sanctuaire qui se veut gardien du savoir et de l'heureux avenir des enfants, mais dont les membres du corps enseignant n’ont souvent pas reçu la moindre formation dans la gestion du harcèlement.

Déni des responsabilités

Voilà pourquoi personne ne se sent jamais coupable des drames qui s’y jouent. Les responsabilités se renvoient comme des balles de ping pong, et se diluent jusqu'à disparaître, comme une goutte de sirop dans un verre d’eau.

C’est comme un peloton d’exécution. Le condamné est attaché à un piquet, et une rangée de soldats tirent en même temps. Et pour s’assurer qu’ils ne culpabilisent pas, quelques fusils au hasard sont chargés à blanc.

On ferait n’importe quoi pour esquiver notre responsabilité quand la mort entre en scène.

Ça me fait penser à cette jeune fille qui s’est tant fait harceler qu’elle a mis fin à sa vie.

Une gerbe de fleurs a été posée à son école, en souvenir. Quelques jours plus tard, le bouquet a été retiré par le personnel du lycée, la veille d’une journée portes ouvertes : parce que ça faisait mauvais genre, tu comprends ?

Réactions impulsives des parents

Je te connais pas, mais peut-être que t’es un père ou une mère désemparée devant la détresse apparente de ton fils ou de ta fille qui te répète que tout va bien, comme par réflexe. Et le jour où t’apprends que ton enfant est harcelé depuis des mois, c’est la foudre qui te tombe dessus : un orage de colère, un ouragan d’injustice. Un terrible sentiment d’impuissance qui peut provoquer des crises d'angoisse ou une vraie dépression chez les parents, les empêchant ainsi de conserver le sang-froid indispensable pour gérer la situation.

Un homme a pris le contrôle du compte Twitter de sa fille et a posté : “Si je trouve les harceleurs de ma fille je leur casse les dix doigts”. Résultat : le compte a été dénoncé et fermé une heure plus tard, effaçant par là-même les messages qui auraient pu contribuer à démasquer les coupables.

Signes extérieurs de harcèlements

Pour éviter ça, monsieur le papa ou madame la maman, maintenant que tu te rends compte que ton gamin ne t’avouera probablement jamais les agressions qu'il subit, sois attentif à quelques détails : par exemple, il devient tout à coup très maladroit : Il perd ses affaires, ou les casse. Il revient avec des bleus, une cheville foulée : dis-donc, il se fait souvent mal, au sport, tu trouves pas ?

Il accumule les retards, il fait plus ses devoirs, ses notes chutent : on dirait qu’il aime plus l’école !

C’est bizarre : il a peur de tout : le bus, la cour de récré, la cantine, comme s’il y avait des monstres. Peut-être qu’il y en a ! … Qui le rackettent par exemple : ce qui peut expliquer pourquoi ton fils a si souvent besoin d’argent.

Il est jamais invité aux anniversaires, il a le téléphone d’aucun camarade… Il fuit les contacts et s’enferme dans sa chambre. Pourquoi ? Petit a : parce qu’il aime la solitude, petit b : parce qu’on la lui impose.

Il devient très susceptible avec sa famille, il pique des crises de nerfs, il est cruel avec les animaux, il casse exprès des trucs : c’est peut-être parce qu’il s’affirme, ou alors il apprend à se défendre contre des élèves qui le rendent mauvais.

Il dort plus : ses nuits se partagent entre insomnies et cauchemars. Il s’endort en pleurant, il se réveille dans l’angoisse.

Attention aussi aux symptômes physiques : des retards de règles, des maux de ventre, des migraines, des cheveux qui tombent ou des plaques d’urticaire qui apparaissent : est-ce qu'il s'agit d'un virus ou une bande de harceleurs ? Et oui : un harcèlement prolongé peut provoquer jusqu’à un retard de croissance.

Guerre psychologique

Le harcèlement est un thriller au centre duquel nous avons la victime de mille agressions sans mobile : le crime ne profitant à personne, l'enquête n'en sera que plus difficile.

En face, il y a le coupable harceleur, protégé de l’immunité judiciaire puisqu'il est mineur. Épaulé par quelques complices, il œuvre sous l'approbation passive des autres élèves, qui se comportent comme s’ils savouraient le spectacle.

Du côté du harcelé, il y a aussi du monde ! Ses parents, le CPE, le directeur, les profs de son école, et même la police.

Les forces en présence montrent un avantage considérable au harcelé.

Le problème, c’est que pour éveiller cette artillerie lourde, il faut que la victime ose tirer la sonnette d'alarme.

C’est comme quand la direction d’un aéroport reçoit un appel “Alerte à la bombe”, ils s’acharnent autant à chercher le colis suspect qu’à traquer l’auteur de l’appel.

Guerre politique ou jeu de réflexion ?

Je te connais pas, mais si tu es le papa, la maman ou un responsable pédagogique chargé de traiter une affaire de harcèlement, fais le plein de sang-froid, remballe ta colère : mets-toi dans la peau d’un joueur d’échec : calme, déterminé, psychologue et fin stratège, dont la mission consiste à sauver un enfant d’une prise d’otage torturé par des ados shootés par la sensation de toute puissance.

Prends la mesure de l'arène dans laquelle il te sera difficile de discerner tes alliés de tes adversaires.

Tu renconteras les parents des harceleurs, transformés en avocats zélés, persuadés de la blancheur immaculée de leur progéniture.

Tu te battras avec ou contre le personnel de l'école devenu sourd aux jérémiades qui les saturent à flux continu.

Tu devras peut-être appeler la police inondée de plaintes similaires, classées souvent dans leur plus immense corbeille étiquetée "sans suite".

Tu mènes une guerre entre le combat politique, l’enquête criminelle et la lutte médicale contre un cancer.

Repérer les cellules malsaines et les métastases pour tenter d'extraire la tumeur et d'augmenter au maximum les chances de survie du harcelé-patient.

On ne peut malheureusement agir que quand le mal est fait parce que les terroristes, les pédophiles et les harceleurs sont trois catégories de salopards qu’il est bien difficile de détecter avant le passage à l’acte.

Prépare-toi à vivre une guerre inégale. aussi absurde qu'injuste. À l'issue incertaine, comme toutes les guerres, monsieur l’adulte, monsieur le soldat.

Les anciens harcelés

Je te connais pas, mais tu es peut-être un ancien harcelé. T’as survécu, en sortant du système scolaire comme on sort de prison, les souvenirs noircis par une scolarité que tu ne souhaites à personne, n’envisageant pas la vie d’adulte comme un épanouissement naturel, mais comme une revanche sordide.

Trouveras-tu un emploi , une maison ? L’amour inconditionnel - ce parfait contraire du harcèlement ? Comment comptes-tu apprivoiser le bonheur alors que les démons de ton enfance circulent encore dans tes veines ?

Après le printemps pourri d’une jeunesse qu'on t'a obligé à rater, c'est à toi d’écrire l’été de ta vie, maintenant !

 

Que dire de plus ?

*** Numéros d’appel dédiés au harcèlement scolaire ***

• France : 3020

• Belgique : 0800/95 580

• Suisse : 147

*** Liens et définitions ***

• Sophisme du juste milieu, Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme_du_juste_milieu

• La gerbe retirée : https://www.youtube.com/watch?v=eT6tGhsmhkQ&t=1040

*** Culture générale ***

• Harcèlement : Définition Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Harc%C3%A8lement

• Cyberharcèlement : Définition Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyberharc%C3%A8lement

• Violence scolaire : Définition Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Violence_en_milieu_scolaire

• Cybersexisme : Définition Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cybersexisme

• Ce que dit la loi : Sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Harc%C3%A8lement#L%C3%A9gislation_par_pays

• Harcèlement scolaire : Définition Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Harc%C3%A8lement_scolaire

Retrouve la vidéo et le texte écrit sur mon site : http://www.blackcoach.ch/Chapitres/Chapitre049.php

*** Logistique : ***

• Auteur du texte et acteur : Michel Defawes (le Black Coach)

• Mise en scène : Cathy Moreno

• Relecture et corrections : “Les coulisses du Black Coach”, ainsi qu’au staff de mon serveur Discord (remerciements à tous les membres qui ont participé). Merci particulier à Sboon Pap qui a investi soigneusement son temps pour me donner des directives concrètes et très précises.

• Merci à Alban Giacobino & Jules Fischer pour le prêt de leurs voix

• Soutien financier : toi, si tu en as envie, c’est ici : https://fr.tipeee.com/black-coach

*** Musiques : ***

• "Echoes of Times", de Kevin Macleod (https://www.youtube.com/watch?v=uRDDOlGlHpk)

• “Spine Chilling cardiac tension”, de Biz Baz Studio (https://www.youtube.com/watch?v=herd_5XpM3c)

• "The end", de Coyote Hearing (https://www.youtube.com/watch?v=GKRhF)

• “Jesu, Joy of Man's Desiring”, de Kevin MacLeod (https://www.youtube.com/watch?v=ou2EXyFz8p4)

• "Virtual Light", de Houses of Heaven (https://www.youtube.com/watch?v=Bx6kpcxEmb8)

• “Face Off” (Musique d’intro) - Auteur inconnu, mais libre de droits